• Khenchela : récolte de plus de 200.000 quintaux de blé dur (direction)
  • Mila : irrigation d’appoint de plus de 4.890 hectares
  • Biskra : remise des clés de plus de 600 logements LPL avant fin mai
  • Constantine : lancement prochain du plan de prévention et de lutte contre les feux de forêts
Accueil CULTURE CULTE TRAITS D’UNE VILLE UNE FENETRE SUR L’ART PLASTIQUE
CULTE

TRAITS D’UNE VILLE UNE FENETRE SUR L’ART PLASTIQUE

27/02 13h01

CONSTANTINE - L’exposition de la plasticienne constantinoise Hafiza El Annabi Bechiri, tenue sous le titre "traits d’une ville" au palais de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa de Constantine, présente une fenêtre "coloriée" sur le mouvement plastique dans la ville du Vieux rocher.

Près d’une cinquantaine de toiles de l’artiste présentent ainsi depuis le 20 février aux visiteurs une collection de vues sur des cités de l’antique Cirta, de nature morte, de fleurs, de portraits, en plus de photographies de la ville palestinienne de Gaza.

Dans une déclaration à l’APS, l’artiste adepte de l’école réaliste, confie que l’acte de dessiner est pour elle une "transposition du rêve" sur une toile en combinant des techniques picturales mariant le simple au profond et insufflant aux formes et aux couleurs une certaine touche émotive.

Utilisant surtout l’aquarelle sans pourtant autant bannir totalement l’huile, Mme Bechiri affirme avoir surtout opté dans des vues sur les ruelles de la vieille ville de Constantine, notamment à Souka, Makaâd El Hout et Rahbet Essouf et autres lieux qu’elle affirme adorer de par leur empreinte profonde dans son psyché.

Dans ses œuvres, elle assure toujours rechercher les formes simples et les traits majeurs par la dégradation des couleurs qui exige en contrepartie une grande précision.

Vouant une passion pour la peinture demeurée autant ardente que durant son jeune âge, l’artiste indique avoir peaufiné son art durant les trois ans qu’elle a passé en étudiante à l’école régionale des beaux-arts de Constantine.

Elle a ensuite enseigné l’art pendant 30 années au sein de plusieurs établissements scolaires de la ville des ponts suspendus. Mme Bechiri dont l’œuvre constitue une sorte de mémoire de l’antique Cirta assure réserver une place spéciale pour la femme constantinoise.

L’exposition qui se poursuit jusqu’à jeudi est une occasion pour toujours "se parfaire" au contact du public et des autres artistes, affirme cette plasticienne qui a eu à exposer dans plusieurs wilayas du pays dont Alger, Médéa, Jijel, Mila et Skikda.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • BORDJ BOU ARRERIDJ : PREVISION D’UN RECUL ENTRE 20 % ET 30 % DE LA RECOLTE CEREALIERE...Lire la suite
  • GN DE CONSTANTINE : BAPTISATION DU 5E COMMANDEMENT REGIONAL...Lire la suite
  • GUELMA : PROGRAMME DE PREVENTION DE LA VIOLENCE VERBALE CONTRE LA FEMME...Lire la suite
  • CONSTANTINE : PRESENTATION MARDI DE LA GENERALE DU MONOLOGUE "KHEDIMKOM SABER"...Lire la suite
  • CONSTANTINE : LANCEMENT FIN 2017 DU PLUS GRAND POLE LOGISTIQUE ...Lire la suite
VIDEO