Accueil CULTURE PATRIMOINE RAHABA DE KHENCHELA, UN GENRE AUTHENTIQUE DE CHANT ET (...)
PATRIMOINE

RAHABA DE KHENCHELA, UN GENRE AUTHENTIQUE DE CHANT ET DE CHOREGRAPHIE

3/06 12h45

KHENCHELA - Patrimoine immatériel préservé et reproduit à ce jour par les chaouis, Rahaba est un genre authentique de chant et de danse très rythmée encore présent lors des différentes occasions et fêtes dans la wilaya de Khenchela.

Le terme Rahaba vient du mot arabe Tarhib qui signifie "souhaiter la bienvenue" pour les hôtes des fêtes, mais l’appellation amazigh est "Therdest" qui veut dire battre la terre avec les pieds en chantant, explique le chercheur en histoire des Aurès, Mohamed Salah Ounissi. Aux origines lointaines, Rahaba est une chorégraphie du bassin méditerranéen et d’Afrique du Nord qui présente des similitudes frappantes avec les danses folkloriques marocaines des genres : "Ahouach", "Ahidous" et "Akoual", note le chercheur, qui considère que le bendir (tambourin) et El Gasba (flûte) sont des instruments "intrus" au genre Chaouia authentique toujours préservée à Khenchela.

— -Rahaba, un patrimoine diversifié---

Pour M. Ounissi, Rahaba se décline sous trois formes. Il est soit exécuté par deux rangs de danseurs se faisant face, ou par deux rangs de danseuses se tenant également face à face ou, encore, par un rang de danseurs face à un rang de danseuses. Il existerait également trois genres de Rahaba dans la wilaya de Khenchela, dit-il. Le premier appelé "Oudjani" est attribué à la tribu des "Béni Oudjana" installé notamment à Yabous, Bouhmama et Taouzianet. Le chant y est perçant et la danse est rythmée par les mouvements des pieds et des épaules. "Laâmamra" est un autre genre répandu dans les localités de Tamza, El Hamma, N’sigha et Ouled Yakoub. Il se distingue par des battements puissants au sol et un chant plus doux. Le troisième genre est appelé "Nememcha". Celui-ci est exécuté avec des danses s’apparentant à la fois aux deux précédents genres et un chant plutôt perçant et aigu, ajoute encore le chercheur.

— - Le chant Rahaba, chargé de messages et de sens ---

Les poèmes Rahaba, chantés en arabe dialectale ou en chaouia, sont souvent porteurs de contenus sociaux et religieux. Ils glorifient les valeurs de noblesse, de la population et l’histoire des Aurès et des Chaouias. Ils abordent également les thèmes lyrique et d’amour sans pour autant être "crus encore moins vulgaire", note le chercheur en histoire des Aurès. Créée au début des années 1990, l’association "Assala" de la commune de Tamza (25 km au Sud-ouest de Khenchela) œuvre à préserver cette musique authentique, assure son président Belkacem Salmia, se félicitant que l’association a fait sortir en 1998 son premier album Rahaba. La préservation de cette musique exige davantage d’intérêt de la part des acteurs du secteur de la culture appelés à en assurer la promotion en tant que patrimoine immatériel et à soutenir les associations et troupes qui pérennisent encore ce genre musical, a estimé M. Salmia. Pour nombre d’intellectuels des Aurès, le genre Rahaba mérite d’être préservé pour les générations futures et de figurer sur la liste patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’instar de l’"Ahalil", une musique mystique du Sud algérien, et de l’"Imzad", un instrument de musique des Touaregs.(APS)

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • SKIKDA : LE FRONT EL MOUSTAKBEL APPELLE A "’MORALISER" L’ACTION POLITIQUE...Lire la suite
  • O.BOUAGHI : TROIS MORTS DANS UN ACCIDENT DE LA ROUTE ...Lire la suite
  • BATNA : SAISIE DE 207 PIECES DE MONNAIE ROMAINE ...Lire la suite
  • M’SILA : UN VOLUME SUPPLEMENTAIRE DE 10 LITRES PAR SECONDE ...Lire la suite
  • SOUK AHRAS : ARRESTATION D’UN RECEVEUR DU BUREAU DE POSTE soupconne de detournement...Lire la suite
VIDEO