Accueil ECONOMIE AGRO-ALIMENTAIRE PRODUCTION DE L’HUILE D’OLIVES : ORIENTATION PROGRESSIVE
AGRO-ALIMENTAIRE

PRODUCTION DE L’HUILE D’OLIVES : ORIENTATION PROGRESSIVE

9/12 12h38

M’SILA - Les producteurs de l’huile d’olives dans la wilaya de M’sila œuvrent à professionnaliser progressivement leur activité en passant par les différentes phases de la production à l’emballage et la commercialisation, ont affirmé jeudi les exposants de cette huile naturelle à la chambre de l’artisanat et des métiers de la capitale du Hodna.

Parallèlement au bond de la production passée de 10.000 litres/an en 2000 à plus d’un million litres/an depuis 2012 à la faveur du soutien public ayant permis l’expansion de l’oliveraie de wilaya, les producteurs s’évertuent d’améliorer leur compétitivité par l’amélioration de la qualité de leur récolte en respectant les orientations des techniciens de la vulgarisation agricole.

Un des objectifs concrets de cette amélioration a été de limiter le taux d’acidité de l’huile produite au niveau tolérable de 0,8 % pour en faciliter l’accès aux marchés internationaux. Cela s’opère, ont indiqué les mêmes producteurs, par la maîtrise de nombre de facteurs dont la variété des olives, la période et le mode de récolte, les conditions de stockage des olives, le procédé d’extraction et, enfin, le stockage de l’huile.

Le degré de maturité des olives à pressurer demeure le facteur le plus déterminant de la qualité de l’huile.

Ainsi, le meilleur moment de cueillir l’olive est lorsque la peau du fruit change de couleur qui est la phase où la chair de l’olive contient le taux le plus élevé de composants empêchant l’oxydation de l’huile et lui permettant une meilleure longévité pendant le stockage, ont expliqué les professionnels qui précisent qu’en cas de cueillette avant maturité, l’acidité sera plus élevée, la couleur de l’huile obtenue sera plus foncée et son goût amer.

Avant 2003 et 2000, les extracteurs de l’huile plaçaient celle-ci dans des récipients et bouteilles en plastique qui en affectait le goût, la couleur et la qualité mais, avec le temps, ils se sont aperçus que l’huile embouteillée dans du verre conservait mieux et plus longtemps ces qualités.

Le bouchon en liège contribue également à une meilleure préservation du contenu que le plastique, ont-ils relevé.

Certains exposants ont opté pour des bouteilles spécifiques avec des étiquettes à design recherché présentant leur produit.

Les producteurs espèrent également trouver de nouvelles débouchées pour leur production au travers de l’exportation assurant que l’huile de M’sila s’est déjà frayée un chemin vers la France par le biais des émigrés.

Le prix de l’huile d’olive qui varie entre 800 et 1000 DA le litre est considéré rémunérant et encourage au développement de la production actuellement assurée par deux huileries opérationnelles à Magra et Boussaâda.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • M’SILA : UNE CARAVANE POUR LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE DES CANDIDATS AUX EXAMENS DE FIN DES CYCLES SCOLAIRES (RESPONSABLE)...Lire la suite
  • ANNABA : LE REGISTRE DE L’HEMOPHILIE ET L’AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE DES MALADES AU CŒUR DES TRAVAUX D’UNE RENCONTRE...Lire la suite
  • CONSTANTINE : OUVERTURE DU SALON DES CREATIVITES DES JEUNES DIMANCHE A EL KHROUB...Lire la suite
  • SKIKDA : SALAH BOUDJEMAA ACCOMPAGNE A SA DERNIERE DEMEURE ...Lire la suite
  • TARF : DISTRIBUTION PREVUE DE 28521 COUFFINS DE RAMADHAN...Lire la suite
VIDEO