Accueil ECONOMIE ENVIRONNEMENT LE BUTOR ETOILE, UNE ESPECE TRES MENACEE
ENVIRONNEMENT

LE BUTOR ETOILE, UNE ESPECE TRES MENACEE

3/02 12h07

BATNA - Le butor étoilé, une espèce d’oiseau considérée très menacée, vient d’être observé et photographié pour la première fois dans la région des Aurès suscitant curiosité et interrogations parmi les ornithologues locaux en charge notamment du dénombrement hivernal.

(PHOTO) "L’on ignore encore si l’apparition de cet échassier dans la région constitue un autre signe du changement climatique ou un retour à l’équilibre dans les milieux de la nature", a affirmé le chef du service de protection de la flore et de la faune à la conservation des forêts, Othmane Briki.

Le butor étoilé dont le nom scientifique est botaurus stellaris, oiseau étranger à la région, a été observé et photographié mi-janvier sur une zone humide de la wilaya de Khenchela par un des cadres de la conservation des forêts de Batna qui faisait partie de l’équipe régional chargé du recensement hivernal des oiseaux dans la zone nord-est-3 incluant les wilayas de Batna, Oum El Bouaghi, Sétif, Khenchela, Tébessa et Bordj Bou Arreridj, précise la même source.

Ce pourrait même la première fois Algérie qu’est photographié cet échassier aux pattes plutôt courtes spécialiste du camouflage, estime également le même responsable de la conservation des forêts. L’apparition du butor étoilé serait éventuellement liée aux changements climatiques et la faiblesse des précipitations de la saison dans la région qui constitue une zone de transit entre le Nord et le Sud pour les oiseaux migrateurs, est-il noté.

— - 10.000 oiseaux migrateurs signalés dans le dénombrement hivernal 2018
— -

Dix mille (10.000) oiseaux migrateurs ont recensés cette année dans le cadre du dénombrement hivernal international 2018 à travers les six wilayas de la région, selon le responsable du chef de service de protection de la flore et de la faune à la conservation des forêts. L’effet de la sécheresse a été particulièrement perceptible sur les zones humides de ces six wilayas dont la majorité des plans d’eau naturels sont à sec, ajoute Briki qui relève qu’à la même période de l’année passée, 20.000 oiseaux avaient été dénombrés. Parmi les espèces observés, figurent notamment les flamants roses, les tadornes et diverses sous-espèces de canards, selon la même source qui assure que le recul de la population avifaune montre que les changements climatiques observés d’une année à l’autre constituent une menace pour la biodiversité. Cinquante (50) zones humides naturelles pour la plupart se trouvent dans les six wilayas de la région dont 8 zones classées à Oum El Bouaghi et 2 à Sétif.(APS)

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • MILA : AFFECTATION DE 19 MEDECINS SPECIALISTES...Lire la suite
  • SOUK AHRAS : ROUVERTURE DU THEATRE REGIONAL MOSTAPHA KATEB AU 1ER TRIMESTRE 2019...Lire la suite
  • CONSTANTINE :23000 TETES BOVINES VACCINEES CONTRE LA FIEVRE APHTEUSE...Lire la suite
  • MILA : LES HABITANTS DE TERAI BAINANE RECLAMENT UN HOPITAL...Lire la suite
  • BORDJ BOU ARRERIDJ : SAISIE DE PLUS DE 17 KG DE KIF TRAITE (GENDARMERIE NATIONALE)...Lire la suite
VIDEO