Accueil CULTURE PATRIMOINE LE THEATRE REGIONAL DE SKIKDA, UN CHEF-D’ŒUVRE (...)
PATRIMOINE

LE THEATRE REGIONAL DE SKIKDA, UN CHEF-D’ŒUVRE RESSUSCITE

28/05 15h00

SKIKDA - L’opération de réhabilitation actuellement menée au théâtre régional de Skikda (TRS) dont l’édification date de 1932 est appelée à redonner à ce chef-d’œuvre architectural son ancien lustre après les multiples dégradations subies au fil des ans.

La construction de ce théâtre dans le vieux quartier italien de la ville de Philippeville (appellation coloniale de l’actuelle Skikda) a duré de 1912 à 1932 sous la direction du célèbre architecte Charles Montaland. Lire aussi : Théâtre : productions diversifiées et priorité au texte algérien

Cet architecte également concepteur de la gare routière et de l’hôtel de ville de Skikda ainsi que de la majorité des imposantes constructions de la cité avait lancé les travaux de ce théâtre occupant 1000 m3 en 1912 mais les travaux ont dû être suspendus durant la première guerre mondiale. Le théâtre ne sera inauguré que le 19 mars 1932.

Prévu pour 500 places, cet édifice a été bâti sur le site qui accueillait les ruines du temple romain de Vénus (déesse de l’amour dans la mythologie romaine) ainsi de l’ancien théâtre de Rusicade.

Vaste restauration pour recouvrer le lustre du monument

Le théâtre régional de Skikda connait présentement une vaste opération de restauration et équipement visant à lui restituer son lustre et prestige anciens et en assurer la préservation, a indiqué Mourad Laâdjimi, chef du service de suivi à la direction des équipements publics.

Inscrit en 2015 sous l’égide de la direction de la culture, le projet a buté sur nombre de difficultés avant d’être transféré en 2016 à la direction des équipements publics pour connaitre son lancement effectif fin de 2017, a précisé le même cadre qui a affirmé que l’objectif est rendre le TRS conforme aux critères techniques des théâtres internationaux et de préserver cet édifice culturel important pour de longues autres années. Lire aussi : Le théâtre Mohamed Touri à Blida... un monument historique en voie de retrouver son lustre d’antan

Cette restauration dont l’achèvement est attendu pour fin 2019 exige une enveloppe financière de 200 millions DA, selon Laâdjimi qui a indiqué que les travaux portent sur la consolidation de l’édifice, la rénovation du toit et de l’étanchéité, la requalification des éléments décoratifs, l’installation d’un système de climatisation centrale et la rénovation et réorganisation spatiale de la scène de ce monument classé.

Tous ces travaux tiennent en compte le fait que le bâtiment représente un monument culturel d’une grande valeur sur les plans architectural et décoratif, a encore ajouté le même cadre.

Le TRS, un espace de créativité de divertissement depuis plus de 80 ans

Ouvert en 1932, le TRS représente un espace de créativité et de divertissement au service du 4ème art depuis plus de 80 années durant lesquelles sa scène a connu le défilement de multiples troupes nationales.

Professeur en littérature et théâtre et ancien recteur de la faculté des lettres et des langues de l’université de Skikda, Ahcène Thelilani rappelle qu’à ces début, ce théâtre fut "totalement étranger aux algériens car constituant un théâtre métropolitain réservé exclusivement aux européens".

Ultérieure, la naissance effective d’un théâtre arabe à Skikda date des années 1940 avec les premières tournées de célèbres troupes dont celle célèbre de Youcef Wahbi et celle de Mouhieddine Bachtarzi qui s’étaient produites à Skikda et Collo en 1937. Lire aussi : Journées nationales de théâtre à Skikda : "Kaassek ya Socrate" remporte le Medjoubi d’or

Etaient apparues ensuite les activités théâtrales de l’association des oulémas musulmans algériens, ajoute cet universitaire.

Les témoignages des pionniers recueillis par ce chercheur indiquent, a-t-il ajouté, que la période la plus dynamique du théâtre skikdi a été celle postindépendance qui avait connu la création de nombreuses troupes particulièrement durant les années 1970 dont la plus réputée a été la troupe Et-Taléa (avant-garde) qui développa un théâtre socialement et politiquement engagé.

Ainsi, la première troupe a été créée en 1974 par un groupe de jeunes étudiants et travailleurs qui furent membres de la troupe théâtrale du collège Abdelhamid El-Omrani, relève Pr. Thelilani qui souligne que la première pièce a été "El Ardh liman yakhdoumouha" (la terre à celui qui la travaille) écrite par Chenouf Nadjib.

Dans le sillage de la troupe Et-Taléa, la troupe de "la culture populaire" a vu le jour en mars 1978 à l’initiative de plusieurs jeunes dont Ahmed Boutata. Son répertoire s’est vite étoffé de plusieurs œuvres dont "Edhamir El moustatir" (1978) et "Wach men thrane jab El-ghachi" (1979). Lire aussi : Le théâtre algérien est en quête de retrouver le public d’antan

Après cette période, plusieurs autres troupes ont été créées dont la troupe des arts dramatiques du théâtre communale (actuellement le théâtre régionale) en 1979, la troupe de l’institut communal de musique (1980) et la troupe La vague de Collo (1985), ajoute la même source.

Une des troupes qui continue d’activer à ce jour est l’association "festival de théâtre" de la ville de Skikda créée en 1983 et qui compte à son actif l’organisation de 13 éditions du festival de Skikda de théâtre qui devait cesser en 1998 à cause de la situation sécuritaire d’alors avant de renaître en 2006 sous une nouvelle appellation "les journées nationales de théâtre de la ville de Skikda", note encore le même chercheur.

La défunte Sonia, Djamel Hamouda et autres artistes, des familiers de la scène du TRS

La scène du TRS a été foulée par de grands noms du théâtre local et national dont la défunte Sakina Mikou plus connue sons son artistique Sonia qui a eu à diriger le TRS entre août 2009 et juillet 2012 et à réaliser plusieurs pièces.

Autre artiste familier du TRS est le talentueux réalisateur Djamel Hamouda, né à Skikda en 1954. Cet artiste a signé nombre d’œuvres pour le théâtre de Skikda dont la plus récente Hakikat El Kadhib (Vérité du mensonge) a été produite début 2018.

Lire aussi : La comédienne Sonia n’est plus

Parmi les enfants de la Skikda ayant laissé une empreinte indélébile dans l’histoire du théâtre national figure en tête de liste le défunt Azzedine Medjoubi (1945/1995). Cet artiste natif d’Azzaba à l’Est de Skikda était un comédien et un réalisateur de grand talent dont les plus célèbres œuvres sont "Allam baaouch" (1993) et "El Ayta" (1988). Honoré par de multiples prix nationaux et internationaux, Medjoubi est source de fierté pour Skikda et son nom a été donné à une manifestation annuelle organisée à Azzaba et baptisée les journées nationales Azzedine Medjoubi de théâtre.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • MILA : APPEL POUR RASSEMBLER LES PRECHES DE CHEIKH BENTIAR...Lire la suite
  • SKIKDA : RECEPTION DE 80 LGTS A EL HADAIK AVANT FIN 2018...Lire la suite
  • EL TARF : 2E EDITION DU SALON NATIONAL DE L’ARTISANAT...Lire la suite
  • EL TARF : UNE FILLETTE DE 6 ANS PERIT DANS ACCIDENT DE LA ROUTE ...Lire la suite
  • SETIF : 350 FOYERS RACCORDES AU GAZ NATUREL DANS LA COMMUNE DE OULED TEBBEN ...Lire la suite
VIDEO