Accueil CULTURE HISTOIRE LA GREVE DES DOCKERS DU PORT DE SKIKDA DE 1910 EST LA (...)
HISTOIRE

LA GREVE DES DOCKERS DU PORT DE SKIKDA DE 1910 EST LA PREUVE D’UNE PRISE DE CONSCIENCE PRECOCE DES OUVRIERS ALGERIENS (RENCONTRE)

30/10 06h19

SKIKDA, 29 oct 2018(APS) - Les participants à la 12ème rencontre internationale sur la Révolution algérienne intitulée "Le mouvement ouvrier et la question nationale en Algérie durant la période coloniale", ouverte lundi à l’Université 20 août 1955 de Skikda, ont considéré que "la grève des dockers du port de Skikda de 1910 est la preuve d’une prise de conscience précoce des ouvriers algériens à l’égard de leurs conditions".

L’enseignant d’histoire à l’université de Skikda, Toufik Salhi, a indiqué à ce propos que "cette grève d’une journée témoigne de la prise de conscience précoce des Algériens’’ et apporte la preuve que "la question nationale fut le point de ralliement des différents mouvements syndicaux de l’époque’’.

"Ce mouvement de protestation qui se voulait l’expression du refus de la présence coloniale, allait poser les prémices des futures insurrections ouvrières du port et des mines de Skikda’’, a-t-il ajouté.

Cet universitaire a affirmé que malgré cet épisode, l’adhésion des ouvriers algériens aux divers mouvements syndicaux est demeurée "timide’’ jusqu’au début des années 1930, expliquant que la crise économique et le regain des pratiques discriminatoires à l’égard des travailleurs algériens ayant marqué cette décennie, avaient par la force des choses impulsé un nouvel élan au militantisme syndical algérien.

La situation était restée telle quelle jusqu’au déclenchement de la Guerre de libération nationale en 1954, lorsque les militants du mouvement syndical algérien, marqués par un attachement fort à l’idée d’indépendance nationale, ont embrassé la révolution du 1er Novembre, a encore expliqué M. Salhi.

Dans son intervention intitulée "L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et la révolution algérienne’’, l’historien Habib Hassen Alaouleb de Tunis est quant à lui revenu sur l’appui apporté par l’UGTT sous la présidence d’Ahmed Ben Salah à la Révolution algérienne et aux syndicats algériens, soutenant que ’’l’indépendance totale de la Tunisie ne pouvait être effective que si l’Algérie était elle aussi indépendante".

Regroupant des chercheurs venus du plusieurs universités algériennes mais également d’Egypte, de Tunisie et de France, cette rencontre de deux jours vise, selon le chef de département d’histoire de l’université de Skikda, Ahmed Menghour, la relecture des archives du mouvement ouvrier et l’analyse de son discours politique ainsi qu’à faire connaitre le parcours militant de ses principales figures ainsi que leur rôle dans le mouvement national de libération. (APS)

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • MILA : APPEL A MIEUX CONNAITRE LA SIRA DU PROPHETE DE L’ISLAM AFIN D’AMELIORER LA SOCIETE ...Lire la suite
  • CONSTANTINE : LA FIBRE OPTIQUE POUR LA ZONE E DU POLE URBAIN MASSINISSA ...Lire la suite
  • MILA : UNE RECOLTE DE 136.000 QX D’OLIVES ATTENDUE ...Lire la suite
  • O. E. BOUAGHI : RECEPTION DE 6000 DOSSIERS D’ASSAINISSEMENT AGRICOLE ...Lire la suite
  • MILA : DES INVESTISSEURS DEMANDENT A CLASSER LEURS TERRES ZONE D’ACTIVITES ...Lire la suite
VIDEO