Accueil CULTURE L’ATTACHEMENT DU CHEIKH MOHAMED-LARBI BEN ETTABANI AUX (...)
CULTURE

L’ATTACHEMENT DU CHEIKH MOHAMED-LARBI BEN ETTABANI AUX VALEURS DU REFERENT RELIGIEUX SOULIGNE (COLLOQUE)

6/12 17h50

BORDJ BOU ARRERIDJ, 5 déc 2018 (APS) - Les participants au colloque international sur "Cheikh Mohamed-Larbi Ben Ettabani (1898/1970), authenticité de la pensée acharite et son impact sur la cohésion sociale" ont mis l’accent, mercredi à Bordj Bou Arreridj, sur l’attachement du cheikh aux valeurs du référent religieux de la voie médiane.

Les intervenants au cours du colloque qui réunit, à la maison de la culture Mohamed Boudiaf de Bordj Bou Arreridj, des universitaires nationaux et étrangers, des cadres du Haut conseil islamique (HCI) et des cheikhs de zaouïas, ont mis l’accent sur la richesse et l’importance des œuvres théologiques de cheikh Ben Ettabani.

"L’imam Ben Ettabani représente un pôle de notre référent religieux", a estimé le président du HCI, Bouabdallah Ghlamallah, ajoutant que ce référent évoque aussi "l’histoire de l’Algérie, sa Révolution et son indépendance".

Ce colloque annuel a pour objectif de "servir la foi islamique et l’école théologique acharite à travers ses éminents représentants dont fait partie cheikh Ben Ettabani et dont les œuvres sont axées sur la théologie médiane, loin des idées intruses dans la société algérienne prêchant l’excommunication des fidèles", a ajouté le président du HCI.

M. Ghlamallah a également indiqué qu’ "il existe des fetwas de fourvoiement qu’il faut combattre par les valeurs de la sagesse et du dialogue et par la promotion de la culture de la paix".

Pour Slimane Ould Khessal, de l’université d’Alger, cheikh Ben Ettabani "est une figure influente de l’école acharite qui a défendu le référent religieux algérien et lutter contre les idées destructrices de l’excommunication".

Elève du cheikh Ben Ettabani, Nourseif El-Mehiri, des Emirats arabes unis, a indiqué que son maître "faisait passer la sagesse avant tout et encourageait la pensée libre sans excommunier ni Mouazilite ni hanbalite, mais privilégiait le dialogue et l’argumentation".

Pour Ahmed-Lemat Mohamed Abdallah de Mauritanie, la pensée acharite et le rite malékite "ont aujourd’hui pour défi de faire face aux idées destructrices comme l’ont fait leurs aïeuls (Salaf)".

Placée sous l’égide du HCI et organisé avec le concours de la wilaya, le colloque aborde mercredi et jeudi l’histoire et l’évolution de l’école théologique acharite, la place de la libre pensée et du texte révélé dans cette école et l’authenticité "salafiste" de l’acharisme.

Né en 1898 dans la commune de Ras El Oued (wilaya de Bordj Bou Arreridj), cheikh Ben Ettabani apprit le Saint Coran à l’âge de 12 ans.

Il étudia à l’université Zeitouna de Tunis, avant de se rendre à Médine (ville du prophète QSSSL, en Arabie saoudite) où il poursuivit ses études avant de s’y installer pour y enseigner. Il est mort en avril 1970 à la Mecque. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et écrits.(APS)

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • UNIVERSITE CONSTANTINE 2 : PLUS DE 2800 LOGICIELS INFORMATIQUES CONCUS DEPUIS 2012 PAR LES ETUDIANTS CHERCHEURS DE LA FACULTE DES NTIC...Lire la suite
  • EL TARF : REGROUPEMENT NATIONAL DES JEUNES VOLONTAIRES, MERCREDI...Lire la suite
  • SOUK AHRAS : REQUALIFIER LES PERSONNELS EN CHARGE DES PERSONNES A BESOINS SPECIFIQUES...Lire la suite
  • BBA : RACCORDEMENT DE 600 FOYERS DE RAS EL OUED AU GAZ NATUREL...Lire la suite
  • BBA : L’INCINERATEUR DE L’HOPITAL TRANSFERE VERS LE CET...Lire la suite
VIDEO