Aps-Est-Infos
http://localhost/aps-ouest/spip.php?article43384
76 CAS DE GROSSESSES MOLAIRES PRIS EN CHARGE
dimanche, 12 mars 2017
/ bouchama

CONSTANTINE - Soixante-seize (76) cas de grossesses molaires, un type de grossesse rare pouvant évoluer en pathologie cancéreuse, ont été pris en charge au service de maternité du centre hospitalo-universitaire Benbadis de Constantine (CHUC), depuis septembre 2016, a-t-on appris samedi auprès des responsables de ce service.

Ayant développé une grossesse molaire, au cours de laquelle le placenta se développe sous forme de kystes évoluant en grappes de raisin, les femmes traitées au sein de ce service proviennent de wilayas de l’Est du pays et sont soumises à plusieurs séances de chimiothérapie au long court, a affirmé Dr Lahmar Manar, médecin chef de la maternité.

Etant le seul centre au niveau de l’Est spécialisé dans le traitement de ce type de grossesse, non viable, la maternité du CHU Benbadis prend en charge chaque semaine entre 6 à 7 patientes nécessitant une "surveillance régulière s’étalant sur plusieurs mois", a précisé ce même responsable. Selon Dr Lahmar, les femmes concernées sont hospitalisées dans ce service deux à trois jours par semaine et sont traitées en fonction d’un protocole de chimiothérapie visant à éliminer toutes les cellules molaires (tissus anormaux) qui persistent dans l’utérus, et ce jusqu’à la "négativation" complète et la normalisation du taux des HCG (hormone produite au cours de la grossesse).

Affirmant que les résultats obtenus sont "très satisfaisants", avec un taux de guérison se rapprochant des 100 %, Dr Lahmar a indiqué toutefois que le nombre des grossesses molaires enregistré au sein du service connait une augmentation en corrélation, selon lui, avec la hausse du nombre des cancers.

Par ailleurs, outre le traitement des patientes développant des grossesses molaires, la maternité du CHU Benbadis de Constantine prend également en charge toutes les autres pathologies gynécologiques de la femme en dehors de l’obstétrique (cancers du sein et du col de l’utérus, fibromes…), a-t-on détaillé.

Représentant une activité à part entière, la chirurgie gynécologique est pratiquée au niveau de ce service depuis environ un an et demi, à raison de deux interventions par jour, assure-t-on, et cible des patientes venant de tout l’Est du pays.

La maternité du centre hospitalo-universitaire Benbadis de Constantine n’a enregistré, depuis deux (2) ans, "aucun cas de mortalité maternelle", à la faveur d’une meilleure prise en charge des patientes, contrairement aux années antérieures où les responsables du service déploraient la perte de 8 à 10 femmes par an, a-t-on en outre signalé.